Franco sbarro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Franco sbarro

Message  dgeg38 le Mer 29 Déc 2010, 04:27

Connaissez vous ce personnage ( info Wilkipédia)

Franco Sbarro

Francesco Zefferino Sbarro, plus connu sous le nom de Franco Sbarro, est né le 27 février 1939 à Presicce, dans les Pouilles (Sud de l'Italie), est un dessinateur et constructeur de voitures de rêves[1].
Biographie[modifier]
Fils de fermier, le jeune italien va très vite s'intéresser à tout ce qui touche à la mécanique. Notamment les vélomoteurs et scooters de ses connaissances.
Après ses études de latin-grec à Lecce, Franco Sbarro s'installe en novembre 1957 à Neuchâtel (Suisse) où il travaille comme mécanicien. Deux ans plus tard, il achète un petit garage à Grandson et se met à son compte[2]. Il travaille notamment en relation avec Borgward, petit constructeur allemand aujourd'hui disparu.
Sa rencontre avec Georges Filipinetti le conduira au poste de chef mécanicien de la célèbre Scuderia Filipinetti. Non content de mettre au point et d'entretenir les voitures de course de l'écurie, il peut suivre la restauration des AC Cobra, Ferrari P3 et Ford GT40. Sbarro construit à cette époque sa première voiture : le coupé Filipinetti, à partir des plans d'une VW Karmann Ghia à moteur 1600 cm3.
Le 25 mars 1968 marque un tournant dans la vie de Sbarro. Quittant définitivement l'écurie Filipinetti, il crée l'ACA - Atelier de Construction Automobile, dans une ancienne usine de cigarettes. Sa première création est la Dominique III, une petite sportive munie d'un énorme aileron arrière ! Ce modèle unique vendu , Sbarro s'attaque à la reconversion des Ford GT40 de compétition en modèle "routiers" plus civilisés.
Sbarro a construit par la suite de nombreuses répliques qui le rendirent célèbre dans le milieu automobile. Entre autres répliques, on notera la BMW 328, la Lola T70, la Ferrari P4 ou même la Bugatti Royale ! Rien n'arrête Sbarro. La qualité de son travail artisanal sera confirmé par les nombreux modèles, uniques ou fabriqués en petites série, qu'il mettra au point jusqu'en 1992.
Sbarro, non content de dessiner et construire de superbes voitures, est aussi un génial inventeur qui présente en 1989 un nouveau type de roue (orbitale sans moyeu) et plus tard un nouveau concept de châssis, le dual frame. Ces idées et ses concepts sont même utilisés depuis peu dans l'aviation par une petite société suisse fabriquant des hélicoptères. La Mercedes 4 portes papillon, La Mandarine, l'Alcad'or ou la mini-électrique c'est également lui.
N'ayant plus rien à prouver et voulant faire profiter de son savoir, Franco Sbarro fonde l'Espace Sbarro, une fondation à but non lucratif[3], une école particulière où les élèves, en plus de travaux de "bureau" (études, conception, design), doivent obligatoirement mettre les mains à la pâte pour la construction, de A à Z, des modèles qu'ils doivent créer selon un cahier des charges précis, parfois imposé par un constructeur comme Seat en 2001. L'école fut ouverte en 1992. Une deuxième école ouvrira à Casablanca (Maroc) en 1994, puis en France en 1995, à Pontarlier (Centre Espera). Le cycle d'étude est d'un an et les travaux sont présentés chaque année au salon de Genève en mars.
En juin 2007, la société Espera Sbarro a quitté définitivement Pontarlier, ville dans laquelle elle était installée depuis 1994, pour s'installer à Montbéliard, en lien avec le pôle de compétitivité Véhicule du futur. Montbéliard présente l'avantage de rassembler plusieurs acteurs automobiles dans ce pôle et d'être près de Grandson où vit Sbarro.

Quelques modèle de concepts car



Franco Sbarro réinvente la roue
L'idée
En 1989, Franco Sbarro a surpris tout le monde en présentant sa plus étonnante invention : la roue orbitale ou roue sans moyeu. L'idée est très simple : les contraintes qui s'opèrent sur une roue se font au niveau du sol, sur la périphérie externe. Une roue sans axe permet de supporter le véhicule au point le plus bas. Le centre de gravité est abaissé pour une meilleure tenue de route.
Deux éléments composent cette roue :
- une partie tournante comprenant le pneu, une jante en forme de tube épousant la face interne du pneu et un anneau de freinage ;
- une partie fixe qui s'articule sur la bande intérieure du roulement, où viennent se fixer les triangles de liaison, la barre de direction et les pinces de freinage.
De la théorie à la pratique
Pour réaliser cette roue orbitale, il fallait un roulement de très grand diamètre. Franco Sbarro a fait appel à une société d'origine suédoise spécialisée dans les roulements, SKF. Puis, avec Dominique Mottas, Franco Sbarro fonde la société Sbarro Mottas Engineering qui va mettre en place le programme Osmos (Original Sbarro Mottas Orbital System) qui aboutira à la présentation du coupé Osmos et de trois motos, particulièrement spectaculaires.
Les motos "orbitales"
Davantage que le coupé Osmos, ce sont les motos équipées de la roue orbitale qui ont fait sensation. Il faut dire que l'absence de moyeu est plus "visible" sur un deux roues que sur une voiture.
- la première moto, de couleur blanche, est sûrement la plus pure. De profil droit, rien ne laisse deviner une quelconque liaison entre la moto et ses roues ;
- la deuxième moto, rouge, possède un bras de liaison à l'avant visible qui masque la partie inférieure de la roue. A l'arrière, elle possède une roue classique avec moyeu et chaîne ;
- la troisième moto sert plutôt d'outil pédagogique. La carrosserie n'est que suggéré à l'aide de fils métalliques, ce qui permet de bien voir l'ensemble du bras de liaison de la roue orbitale.
A signaler qu'un autre engin étonnant fut équipé plus tard de la roue orbitale : l'Aero. Ce side-car, lancé en 2000 pour la promotion de la montre inspirée de la roue orbitale, fit sa réapparition au mondial de l'Automobile et au salon d'Essen en 2008.
Que s'est-il passé depuis 1989 ?
Peu de choses curieusement. D'abord Franco Sbarro a vendu en 1991 toutes ses parts à Dominique Mottas qui seul a tenté de poursuivre le développement de la roue orbitale. Sans grand succès semble-t-il. D'où l'absence de roue orbitale chez Sbaro par la suite. Aujourd'hui la société détentrice des brevets, Mottas Vistaholding, a conclu un accord avec Sbarro. Le développement de la roue orbitale pourrait être relancé. Une visite sur le site d'Osmos Wheel donne une idée du potentiel de la roue orbitale qui n'a, pour l'instant, pas pu faire ses preuves.






En 1968, Henri Greder et Bob Lutz ont convaincu Georges Filipinetti d'engager deux Chevrolet Corvette L88 aux 24 Heures du Mans. Ce dernier fit appel à Franco Sbarro pour l'aider dans cette entreprise. Bien que n'étant plus officiellement salarié chez Filipinelli, Franco Sbarro continuait d'effectuer quelques travaux pour lui. C'est ainsi qu'il partit aux Etats-Unis pour monter les deux Corvette sous la direction de Zora Arkus Duntov en personne. Pour la petite histoire, Sbarro n'avait demandé à l'époque que 150 francs par jour, au grand étonnement de l'américain, habitué à des sommes autrement plus importantes !
Lors des 24 heures du Mans en septembre 1968, les deux voitures dominèrent la catégorie GT au cours des premières heures de course. Une des Corvette abandonna sur problèmes mécaniques (carburation) à la sixième heure de course, l'autre à la suite d'une sortie de route à la quatorzième heure. Auparavant, les deux voitures connurent des ennuis de freins dus à leur poids trop élevé.
Même si elles n'ont pas connu de grandes victoires, ces deux voitures participèrent à toutes les grandes courses de l'époque, notamment le Tour de France Automobile. L'une d'entre elles (châssis n°194378S410300) fut engagée six fois aux 24 Heures du Mans, un record pour l'instant inégalé pour un même châssis.
moteur V8 Chevrolet; 6998 cm3 (427 cu.in.), 500 à560 chevaux, boite de vitesses M22 à 4 rapports, 4 freins à disques ventilés, 275 km/h






Franco Sbarro a créé en 1991 le Dual Frame, dont un des avantages est l'allègement du poids des voitures. Pourtant quelques années plus tôt, le même Franco Sbarro présentait la plus grosse et la plus lourde de ses réalisations : la Function Car. Essayez d'imaginer cette Cadillac de 7,10 m de long pesant 3 tonnes et équipée d'un V8 de 8200 cm3 !
Le commanditaire de ce paquebot de la route est Joseph E. Adjadj, un riche homme d'affaire saoudien (possesseur de la marque TAG) qui achèta aussi peu de temps après un autre paquebot : Le France !
Le but de la Function Car est d'offrir dans le confort d'une voiture de luxe les fonctionnalités d'un bureau d'affaire. Franco Sbarro élaborera à partir d'une Cadillac Eldorado un véritable bureau roulant : 4 fauteuils, 2 téléphones, 2 bureaux secrétaires. On trouve aussi un frigo et une télévision. L'accés à bord s'effectue soit par l'avant côté passager (le siège passager à l'avant est décalé au centre de la voiture laissant un espace à côté de la porte), soit par l'immense porte arrière. L'habitacle a été réalisé par la société suisse DEM. Pour l'extérieur, nous sommes loins des canons de la beauté automobile. Mais là n'était pas la préoccupation de Sbarro : la fonction avant tout. Et sur ce point, tout est réussi. N'oublions pas que nous sommes en 1978 et que si aujourd'hui une télévision dans une voiture, ou pire un téléphone, n'étonnent personne, il s'agissaient alors d'équipements avant gardistes. pour supporter le poids et la longueur de la voiture, Sbarro doubla l'essieu arrière. la voiture est donc une 6 roues.
Un projet de construction de 25 voitures fut envisagé mais il n'aboutit pas. La TAG Function Car servira quelques temps pour les voyages européens de son propriétaire. Franco Sbarro la rachètera pour pas grand chose (comparé à son prix de revient). Elle faillit être revendue à une musicienne qui souhaitait y installer un piano ! Mais devant le coût de l'opération, elle renonça. Depuis elle est toujours propriété de Franco Sbarro.

moteur
8 cylindres en V (origine Cadillac Eldorado)
disposition
avant
cylindrée
8200 cm3
puissance
350 ch
transmission
propulsion
boîte
boîte automatique à 4 rapports
dimensions
longueur : 7,20 m
poids
3000 kg
vitesse maximale
170 km/h
production
1 exemplaire


Plein d'autres concept-car sur base européenne

J'ai eu l'occasion d'en voir au salon de Genève, on aime ou pas mais ca ne laisse pas indifférent
thumright

dgeg38
Maniaque
Maniaque

Ville/Région : 38 VIRIEU
Masculin Nombre de messages : 521
Date d'inscription : 03/11/2010
Voiture(s) : Lincoln continental 1975

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franco sbarro

Message  Le Chat Caméra le Mer 29 Déc 2010, 04:35

bonjour !

J'ai fait quelques recherches... study

Si je me souviens bien, l'on en voit une moto dans ce genre, dans le film Star Trek 2009...


Le Chat Caméra
Légende
Légende

Ville/Région : montreal
Masculin Nombre de messages : 10336
Date d'inscription : 25/06/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franco sbarro

Message  PIERRE 01 le Mer 29 Déc 2010, 10:56

Wink oui il a fait plein de trucs géniaux !

son eldorado a 6 roues dans le style de la Renault 5 De Léotard m'a toujours beaucoup plus !!

PIERRE 01
Vrai de vrai
Vrai de vrai

Ville/Région : france
Masculin Nombre de messages : 2912
Date d'inscription : 30/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Franco sbarro

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 05:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum